Les Chroniques de Marie Pierre

Changer d'air et grandir
« On dirait que les Hurons sont presque arrivés au bout de la piste ! », s’exclame Marion, une petite brunette de 9 ans qui concoure dans l’équipe des Cherokee. Elle tourne vers Estelle, son animatrice, un petit visage anxieux : ses pommettes sont maquillées à l’indienne et dans ses grands yeux malins, on peut lire toute l’excitation des plus grands aventuriers, découvreurs de terres ou de trésors. « Tu crois qu’on sera quand-même les premiers à retrouver le parchemin ? »

Qui n’a rêvé, enfant, de devenir Christophe Colomb, Robinson ou d’Artagnan ? Qui ne s’est mis dans la peau de ceux, qui, abandonnant leur foyer chaleureux, s’embarquent pour des îles lointaines ou se lancent dans des aventures héroïques ? Qui n’a songé avec envie aux découvertes fabuleuses et aux amitiés profondes liées lors de voyages au long cours…

Voici ce qu’une colonie de vacances, lorsqu’elle place l’enfant au cœur d’un vrai projet d’animation, doit lui donner de vivre. Qu’il ait 5 ou 15 ans, il a besoin de rêver, de construire son imaginaire à travers le jeu et au contact d’autres. Le fait de le laisser prendre son envol loin de la maison ou de l’école lui permettra de s’enrichir et de nouer des liens forts dans un cadre épanouissant, propice à la RE-création.

Mais animer et détendre ne suffisent pas car la vraie chance des colonies de vacances c’est d’offrir aux enfants des moyens neufs de se construire.

« Ouais, d’accord, entre nous, Jésus, la foi, la messe, c’est possible, parce que maintenant, on se connaît et qu’on a vécu des moments super. Mais quand on va retrouver nos copains au bahut, comment on fera pour continuer à vivre comme ici, au camp ? » Cette fois, c’est Quentin qui interroge. Il a 15 ans et réclame une réponse sincère de ses copains et surtout du père Jean qui accompagne le groupe depuis 13 jours. Celui-ci sourit en repensant aux problèmes d’intégration que Quentin a posés en début de séjour, avec son désir fou d’indépendance et son refus d’aller vers les autres. Quel chemin parcouru dans le cœur de cet adolescent, soudain prêt à changer de vie !

Quentin, Aurélie, Edwige, tous participants de ce camp itinérant qui leur a ouvert les chemins de Saint Jacques…tous ils ont vécu un temps fort de partage et de fraternité qu’ils ne sont pas prêts de laisser filer aux oubliettes ! Pour les jeunes, la colonie est une expérience qui permet de sortir de soi et de chez soi pour grandir, approfondir son sens de l’autre et aussi rencontrer Dieu, Chemin, Vérité et Vie…

Leur donner la chance de vivre cela, c’est travailler pour construire en Eglise et dans leur cœur, le Royaume de Dieu.



Gravir la montagne sainte Devenir animateur : une voie de sainteté ? Rien d'extraordinaire Vivre la communauté
Droits de reproduction : Tous droits réservés Christophe Daguet © 2011-2017